Inspiration : la mode des années folles

Les années 1920 ou la période des années folles, connue dans le monde entier. Un mouvement né aux Etats-Unis, marqué par un renouveau culturel et artistique. L’objectif ? Faire oublier le traumatisme de la Première Guerre mondial. Durant cette période, esprit de fête et insouciance dominent. Une ambiance festive s’est manifestée à travers la culture, de nouvelles danses ou encore la mode vestimentaire. Découverte de la mode des années folles.

L’émancipation des femmes françaises

C’est au 20ème siècle que la mode a connu un lot d’évolutions en rapport avec les évènements historiques, (à retrouver d’ailleurs sur Veillon pour s’en faire une idée). Après la Première Guerre mondiale, les françaises ont envie de liberté et pour certaines, c’est aussi le début de l’émancipation. Comme le sport et les loisirs se démocratisent, elles délaissent le corset pour des vêtements plus confortables. Les femmes commencent à porter des cheveux courts et agrémentent leurs tenues : chapeau cloche pour les sorties, boas en plumes pour les soirées. Les codes de beauté changent et les maillots de bain se portent plus près du corps.

Les femmes commencent à dévoiler leurs jambes avec des jupes et des robes remontant au-dessus du genou. Ces dernières deviendront plus longues au cours du temps dans la deuxième partie de la décennie. Sans compter l’arrivée de la robe chemise dans la garde-robe et des pièces du vestiaire masculin : les pantalons sont désormais portés aussi par les femmes.

mode-années-folles-1920

Mode, musique, culture : l’effervescence créative des années folles

Les années 20, c’est également l’âge d’or des maisons de Haute Couture. Les classes les plus aisées s’habillent sur mesure. Les classes plus modestes profitent des petits commerces de quartier qui recréent les modèles des couturiers. Officiellement : c’est le début de la mode “de masse”.

Parenthèse enchantée entre les deux guerres, les années folles sont aussi des années festives où les vêtements doivent briller de mille feux : les robes à paillettes, à sequins ou incrustées de perles de verre ! La jeunesse se précipite dans les dancings et se déchaine sur du jazz, du swing. Les danses à la mode comme le charleston, venue des Etats-Unis et introduit par la célèbre Joséphine Baker, elles se danse en solo, en duo ou en groupe.

La petite robe noire devenue l’indispensable de toute les gardes-robes. Proposée pour la première fois par Coco Chanel en 1926, sera même surnommée la « Ford de Chanel » par le magazine américain Vogue : pariant que la robe de la célèbre maison de couture française connaîtra la même popularité que le fameux modèle en T. L’idée ? Créer une robe pour toutes les femmes. Longtemps réservé réservé aux enterrements, le noir s’impose désormais auprès de la gente féminine comme un classique. Une période durant laquelle le mot d’ordre était d’être élégant en toute sobriété et discrétion. Un modèle signature qui est toujours d’actualité près d’un siècle plus tard.

Découvrez aussi comment le foulard est devenu l’allié coiffure des filles confinées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *